Seppuku

Souvent appelé hara-kiri, le seppuku est un rituel de suicide originaire de l'ancienne classe de guerriers samouraïs du Japon. Le rituel macabre du hara-kiri apparaît dans d'innombrables médias et récits historiques de samouraïs. Découvrez les détails nuancés derrière cette sombre coutume et comment elle affecte la société japonaise d'aujourd'hui.

Qu'est-ce que le Seppuku (Hara kiri) ?

Seppuku Hara Kiri

Le seppuku est une mort honorable ou un suicide rituel par éviscération qui ne peut être pratiqué que par un samouraï. Hara-kiri signifie "incision de l'estomac" en japonais, le mot hara désignant l'estomac et le mot kiri l'incision. Harakiri et seppuku ont exactement la même signification en japonais, mais les japonais n'utilisent presque jamais le mot harakiri et préfèrent le mot seppuku. Harakiri fait référence à l'action de couper l'estomac tandis que seppuku représente le rituel et la procédure traditionnelle de coupe de l'estomac.

La coutume du seppuku remonte au 12e siècle. C'était un moyen pour les classes supérieures et les samouraïs exclusivement d'expier leurs crimes, de regagner l'honneur perdu ou d'éviter une capture déshonorante. Lorsqu'il était exécuté correctement, le seppuku était considéré comme la façon la plus noble de mourir pour un samouraï et, d'après les récits de témoins de ce type de suicide rituel, probablement la plus douloureuse. Seuls les samouraïs peuvent se faire harakiri ; les roturiers ne le peuvent pas (ils le peuvent, mais l'action n'aurait aucune valeur significative).

    Comment se déroule le seppuku ?

    Seppuku Japon

    Le seppuku (harakiri), dans sa forme la plus courante et la plus reconnaissable, est devenu un spectacle hautement ritualisé de suicide noble et artistique, ainsi qu'une forme de peine capitale pour les nobles, surtout après les années 1600. Le condamné portait un kimono blanc cérémoniel de la mort et avait droit à un dernier repas. La lame d'exécution, dont la taille pouvait varier d'une longue épée à un couteau de cérémonie, était alors servie dans le dernier plat, et il devait écrire un poème de mort avant de se poignarder dans l'abdomen et de couper d'abord de gauche à droite, puis de haut en bas, ce qui ressemble à la lettre L.

    Une fois l'incision terminée, son second (kaishakunin) s'avançait pour porter le coup fatal au cou exposé du condamné. Cependant, si l'honneur devait être préservé dans cet acte, il était prévu que cette coupure ne sectionne pas complètement le cou, mais laisse juste assez de chair pour que la tête tombe naturellement dans les bras de l'homme exécuté. De cette façon, non seulement les vêtements du spectateur ne sont pas tachés de sang, mais la tête tombe entre les deux mains du samouraï comme s'il se tenait la tête. Les femmes qui pratiquaient le seppuku - souvent les épouses de samouraïs souhaitant éviter d'être capturées - attachaient leurs jambes ensemble avant de se couper pour conserver une posture modeste dans la mort.

    Pourquoi les samouraïs se tranchaient le ventre ?

    Hara Kiri

    La réponse courte est qu'ils croyaient que l'âme reposait dans le ventre. Certaines livres mentionnent que les origines de l'incision du ventre à des fins rituelles remontent au 7e siècle avant Jésus-Christ en Chine. Dans l'Asie ancienne, nombreux étaient ceux qui croyaient que l'esprit résidait dans le ventre et que le fait de se couper le ventre permettait à l'esprit de se libérer. Il faut également être très courageux et mentalement fort pour être capable d'accomplir ce genre d'acte qui ne peut être accompli que par un vrai samouraï. Hésiter, sourire ou montrer des signes de faiblesse étaient perçus comme lâches et non honorables. Bien qu'il soit rapporté que, dans certaines occasions, les samouraïs se perdaient et s'effondraient devant le rituel et étaient décapités de force.

    Le seppuku est-il un acte volontaire ?

    Seppuku Samouraï

    Il existe en fait 2 types de seppuku : volontaire ou obligatoire. Le seppuku volontaire était souvent commis pour restaurer l'honneur d'un méfait ou d'un échec, ou encore pour éviter d'être capturé par une armée d'invasion. Certains samouraïs choisissaient également de mettre fin à leur vie par seppuku après la mort de leur daimyo : une pratique appelée oibara. Même après leur mort, les japonais se souciaient de leur image dans la société. Une mort déshonorante aux mains d'un ennemi serait un "haji" honteux.

    Le seppuku obligatoire, était utilisé comme moyen de punition capitale pour les samouraïs disgraciés qui avaient commis des actes de trahison ou des crimes violents. Le seppuku pouvait être exigé par le vainqueur d'un conflit comme condition de reddition et de paix ultérieure. Dans ce cas, le(s) chef(s) du camp perdant était(étaient) contraint(s) de faire seppuku, éliminant ainsi toute opposition politique et militaire au vainqueur. Le type de seppuku forcé contre la volonté du samouraï est appelé tsumebara. Les têtes des criminels ordinaires étaient coupées sans aucune cérémonie, seuls les samouraïs avaient la possibilité de se couper le ventre. Le seppuku obligatoire a été interdit en 1873.

    En général, avoir la possibilité de faire un seppuku était considéré comme un honneur plutôt qu'une punition. Lors du harakiri obligatoire, la lame sans la "poignée" enveloppée d'un morceau de tissu ou de papier blanc est donnée au samouraï pour s'assurer qu'il ne se défendra pas.

    Découvrez Collection Katana

    Laisser un commentaire

    Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés